Continuer à désirer ce que l’on possède ?

Ah le désir ! Il peut nous faire tourner la tête, nous empêcher de vivre ou nous stimuler profondément.

La définition dans le Larousse est celle-ci : action de désirer, d’aspirer à avoir, à obtenir, à faire quelque chose.

Il est un moteur pour avancer dans la vie, pour se dépasser et changer. Désir de voyager, de changer de travail, de muscler son corps, de rencontrer quelqu’un… C’est un élan qui nous pousse à aller dans une direction plutôt qu’une autre.

Le désir se niche aussi dans les plus choses les plus insignifiantes bien que dans le langage courant nous utilisions plutôt le terme “vouloir”. On dit plus aisément “je veux ce gâteau au chocolat” que “je désire ce gâteau au chocolat”. Comme si le mot désir était réservé à la réalisation de grandes choses.

Selon l’œil du philosophe, le désir désigne le mouvement qui nous porte vers une réalité que l’on se représente comme une source possible de satisfaction. Par opposition, l’insatisfaction ou la frustration voire le manque pourrait découler d’un désir non réalisé.

Mais qu’en est-il de son état lorsqu’il est réalisé et que nous avons obtenu ce que nous souhaitons ?

Certains pensent que le désir appelle immanquablement un autre désir, entraînant ainsi notre être dans un cycle infernal. D’autres pensent qu’il peut se mesurer, se maîtriser et amener ainsi à la sérénité intérieure. D’autres pensent encore que c’est l’absence totale de désir qui permet d’être réellement libre et heureux. Certains pensent enfin qu’il est une force créatrice que l’on se doit de vivre intensément.

Shakti ou la force créatrice primordiale dans la tradition hindouiste.

“Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce que l’on possède” proclamait Saint-Augustin d’Hippone. 

J’aime beaucoup cette citation mais concrètement comment s’y prend-t-on ? Y’a-t-il un mode d’emploi livré avec cette déclaration ? Malheureusement non.

C’est un sujet que je trouve passionnant et qui concerne bon nombre de domaines de la vie, pour ne pas dire tous… L’idée que le désir peut s’entretenir et se renouveler est souvent abordé dans la sphère amoureuse où la question du désir sexuel est fréquemment questionnée.

Je n’ai personnellement pas de réponses toutes faites à vous faire et encore moins la recette d’une potion magique !

En revanche, ce qui m’interpelle et là où j’entrevois un début de réponse, c’est la notion de possession. Elle induit l’idée que ce que l’on a est acquis, que ce que l’on obtient nous est définitivement donné. Or, tout peut nous être retiré en un claquement de doigt. Rien n’est définitivement à nous. Prendre conscience du caractère profondément éphémère de nos possessions ou de nos réussites serait-il une piste pour nous amener à renouveler notre désir et à le faire perdurer ?

Continuer à désirer ce que l’on possède pourrait donc être étroitement lié à la conscience que rien ne dure dans ce monde et tout disparaît un jour ou l’autre. C’est une clé que je trouve très intéressante et qui me fait grandement écho. Cela invite à vivre aussi pleinement la réalisation de nos désirs et à la goûter d’une manière différente, présente et entière. Avec tous nos sens en éveil.

Et vous, vous pensez que cela repose sur quoi de continuer à désirer ce que l’on possède ?

Pour laisser un commentaire, il faut descendre un peu sur la page…

Céline LECROMPT Article rédigé par Céline Lecrompt, Naturopathe & Praticienne en Massages et Réflexologie plantaire à Toulouse. Je consulte sur rendez-vous et propose différents outils pour vous aider à vous libérer du stress, à vous sentir mieux dans votre corps et votre esprit. Mon approche unique me permet de proposer un accompagnement profond et libérateur, adapté à vos besoins et complètement personnalisé.

2 commentaires sur “Continuer à désirer ce que l’on possède ?

  1. Le désir est en quelque sorte le moteur qui nous fait vivre. Nous avons besoin d’avoir envie de vivre pour vivre. Lorsqu’on n’a plus aucun désir, on est proche de la mort. La mort est très rarement un désir, sauf peut-être en cas de grand malheur, de grande douleur ou de grand désespoir.
    Continuer à désirer la vie est sans aucun doute la clé du bonheur. Continuer d’aimer les êtres avec lesquels on a choisi de vivre, continuer d’aimer la Nature qui nous entoure et dont nous faisons partie, désirer que tout cela continue, désirer que le soleil continue de briller, que la Terre continue de tourner, désirer de VIVRE, tout simplement.
    Que ce désir là continue le plus longtemps possible !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.