Les seins libres

woman-570883_960_720
Cela fait maintenant 2 ans que les soutiens gorges et autres brassières ont quitté mes seins et j’avais très envie de vous partager mon expérience de “libération mammaire”.

L’élan m’est venu lors d’une discussion avec une amie concernant le tonus musculaire de la poitrine et son probable déclin causé par le port de soutien gorge. J’ai décidé d’expérimenter pour me faire ma propre idée. Au début, quelques résistances intérieures se sont dressées en moi « Mais on va voir mes tétons pointer à travers mon pull ? Ce n’est pas socialement acceptable… », « Mes seins vont paraître moins rebondis que lorsque je porte un soutien-gorge ? » et autres délicieuses interrogations.

Après avoir retiré mon soutien-gorge toute une journée, la première sensation marquante fut cette impression de nudité habillée. Quelle étrangeté corporelle de sentir les seins bouger lorsque je marche, de les laisser prendre la forme qu’ils souhaitent, de ne les contraindre en rien. C’était déstabilisant à ma grande surprise mais tellement agréable. Je ne m’attendais pas à ressentir cela. Le reflet du miroir continuait quelque peu à me dérouter quand à la forme de mes seins libres sous un pull ou un tee-shirt, étant si habituée à cette rondeur « coquée » que nous offre la lingerie. Mon regard s’était formaté durant toutes ces années de port de soutien-gorge et de conditionnement extérieur. Il envoyait désespérément un message d’alerte à mon cerveau afin que tout rentre l’ordre.

Puis au bout de quelques jours, la découverte de l’amplitude de respiration qui s’ouvrait à moi a balayé mes craintes. Et oui, plus de pression sur les épaules due aux bretelles, plus de plexus solaire encerclé par deux anneaux métalliques, j’ai eu l’impression de redécouvrir ma capacité respiratoire et ma posture. Mes épaules semblaient vouloir suivre le mouvement de liberté qui soufflait non loin de leurs contrées et elles se sont naturellement relâchées en arrière, comme pour offrir plus d’espace à ces seins fraîchement libérés.

J’ai également observé, ébahie, un meilleur maintien de ma poitrine au fil des jours et leur tonicité s’est améliorée.

Mon intention à travers cet article n’est pas de me faire le porte parole du mouvement anti soutien-gorge, j’ai uniquement à cœur de vous partager mon expérience bénéfique sur ce changement vestimentaire apparemment anodin qui m’a amené à conscientiser d’autres aspects sous un autre angle telles que ma posture générale et ma respiration.

D’un point de vue plus élargi, des études médicales attestent que le port du soutien gorge au quotidien provoque l’affaissement des seins en affaiblissant les moyens de suspension naturels de la poitrine. Avec le temps, ces derniers ne remplissent plus leur rôle de soutien puisqu’ils sont en permanence détendus par l’action de maintien du soutien gorge. Cela paraît logique, non ? Imaginez un port-fesses par exemple ? Ne serait-ce pas une invitation pour nos muscles fessiers à se relâcher chaque jour davantage ?

Autres questionnements pragmatiques que je souhaitais mettre en lumière : qui ne s’est jamais retrouvée un jour avec des marques de soutien-gorge tout autour de la poitrine et des irritations cutanées ? Et que penser de la congestion du réseau lymphatique qui se trouve autour des seins par le soutien-gorge?

Au-delà de ces interrogations légitimes,ce que je souhaiterai transmettre aujourd’hui c’est cette incroyable liberté de mouvements retrouvée au niveau de mon buste et de mes épaules et cette impression générale de liberté corporelle. Mon amplitude respiratoire s’est augmentée et je me tiens plus droite naturellement alors qu’auparavant j’avais tendance à avoir les épaules voûtées.

Aujourd’hui, il m’arrive dans de rares circonstances de porter un soutien-gorge mais je le porte sans bretelles et suis très heureuse de le retirer lorsque je vais me coucher.

Et vous, vous avez déjà essayé de laisser vos seins libres toute la journée ? Vous avez envie de sauter le pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *