Ciao perfection !

La perfection…

La quête de la perfection est un sujet qui me tient particulièrement à cœur car elle m’a très longtemps gâchée la vie et revient me saluer encore parfois de temps à autre. C’est un sujet qui s’invite aussi fréquemment avec les personnes que j’accompagne en séance dans mon cabinet. Force est de constater que ce sujet s’invite d’ailleurs de plus en plus de plus et peut conduire à de nombreux troubles (stress ou anxiété chronique, dépression…).

Cette quête, qu’elle soit consciente ou non, semble être le reflet d’une pression sociale de plus en plus prégnante et se retrouve dans de nombreux milieux.

Les injonctions à être parfaits sont nombreuses et n’épargnent aucun domaine, aussi bien professionnel que personnel. Réussir tout à la fois, ne rien laisser au hasard, être à son plus haut potentiel, partout, tout le temps, à chaque instant.

Bien évidemment, chercher à s’améliorer est une vertu à cultiver et est nécessaire pour que nous avancions dans la vie. Mais la quête de la perfection exige de nous autre chose.

Elle exige de nous que nous masquions nos faiblesses, que nous cachions nos vulnérabilités.

Elle exige de nous que nous ne craquions pas. Jamais.

Elle exige de nous que nous ne soyons jamais satisfaits. Toujours concentrés sur ce qu’il y a encore à améliorer en nous.

Elle sabote, à petits feux, l’estime de soi et nous pousse à ne jamais oser nous montrer tels que nous sommes. C’est-à-dire complètement imparfaits. Totalement imparfaits.

Elle nous empêche aussi d’oser montrer nos talents. De toujours attendre qu’ils soient parfaits, irréprochables, pour oser les partager et ainsi de courir le risque de préférer les cacher. 

Elle nous contraint enfin à être toujours prisonniers de notre esprit et ne permet pas de goûter la vie dans toutes ses dimensions. Comme un obstacle à l’instant présent, ce dernier étant toujours soumis à une amélioration perpétuelle.

Mais à quoi pourrait-on attribuer cette tendance à poursuivre cette quête sans relâche ?

Au monde dans lequel nous vivons qui nous pousse toujours à plus et qui érige sans cesse de nouveaux idéaux physiques à atteindre et de nouveaux idéaux de vie à vivre ? Possible.

Mais il semblerait qu’il y ait autre chose. Quelque chose de plus profond qui traverse le temps et les époques.

“La poursuite chimérique de la perfection est toujours liée à quelque manque sensible, souvent à l’impuissance d’aimer”. Bernard Grasset.

Oui, nous avons ici un début de réponse. La quête de la perfection serait intiment lié à l’amour de soi. A l’impuissance d’aimer… de s’aimer. L’impuissance à s’accepter pleinement, à s’accueillir totalement. L’impuissance à se porter un regard bienveillant et tolérant. Et par conséquent, l’impuissance à aimer et accepter pleinement les autres. Toujours en quête d’un mieux. 

Quitter cette quête peut être le travail de toute une vie et demande une vigilance constante. Surtout dans l’époque à laquelle nous vivons. Mais lorsque nous y parvenons, lorsque nous goûtons à la satisfaction d’être soi-même embrassant nos failles et nos talents, le monde devient plus léger et de nouvelles perspectives créatrices s’offrent à nous.

Et vous, vous en êtes où avec la quête de perfection ? En plein dedans ? Un peu ? Loin derrière vous ?

 

Céline LECROMPT Article rédigé par Céline Lecrompt, Naturopathe & Praticienne en Massages et Réflexologie plantaire à Toulouse. Je consulte sur rendez-vous et propose différents outils pour vous aider à vous libérer du stress, à vous sentir mieux dans votre corps et votre esprit. Mon approche unique me permet de proposer un accompagnement profond et libérateur, adapté à vos besoins et complètement personnalisé.

Un commentaire sur “Ciao perfection !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.